Stage de Kyôgen

Du 7 au 17 juin 2022

Dirigé par SHIGEYAMA Ippei

Programme pédagogique (PDF)

Le kyôgen (littéralement « paroles folles ») trouve son origine dans les sarugaku ou « singeries », divertissements mêlant acrobaties, chansons et pantomimes, donnés dès le début du Moyen-Âge par des troupes de comédiens ambulants lors des fêtes saisonnières dans les sanctuaires shintô, l’enceinte des temples bouddhiques, ou les rues de la capitale impériale : Heian (l’actuelle Kyôto). Au fil des siècles, il va devenir inséparable du théâtre nô (l’un et l’autre étant désignés sous le terme générique de nôgaku), où il s’impose sous forme d’interlude (ai-kyôgen) entre deux actes d’un nô, ou d’intermède léger entre deux pièces (hon-kyôgen). Il connaîtra son apogée durant l’époque d’Edo (1603-1867). Mais dans la première moitié du XXe siècle, il est menacé de disparaître faute de mécènes… avant de renaître depuis une cinquantaine d’années. À présent, les pièces de kyôgen, tout en continuant d’être représentées au cours des « journées de nô », ont pris leur autonomie, et sont jouées régulièrement dans tout le Japon, devant un public enthousiaste.

Ippei Shigeyama

SHIGEYAMA Ippei (né en 1979) fait partie d’une lignée d’acteurs dont l’art s’est peaufiné au cours de 400 ans d’histoire. Initié dès la petite enfance à la pratique du chant et du jeu par son grand-père Sensaku (1919-2013 - Trésor National Vivant), avant de recevoir l’enseignement de son père Shime (né en 1947), il est devenu depuis quelques années le chef de leur famille (iemoto). Depuis son adolescence il travaille activement, avec son frère aîné et ses cousins, à la diffusion de ce qu’ils nomment le « Tôfu Kyôgen » : ils cherchent, notamment par des ateliers organisés dans les écoles primaires, à infuser dans la vie quotidienne l’esprit et la « saveur » de leur art, comparé à du tôfu, pâte de soja au goût « neutre » qui forme la base de la cuisine japonaise traditionnelle, et que chacun peut, selon son désir, « accommoder à sa sauce » . Il ne s’agit pas cependant d’une démarche visant à vulgariser ou banaliser les apports d’une tradition théâtrale d’une grande richesse — mais de revivifier cette tradition pour faire, de l’« art du rire » qu’est le kyôgen, un véritable « art de vivre » en harmonie avec les autres grâce à la complicité de l’humour.

Preuve de la pérennité et de la modernité de cette forme de kyôgen, et également, de son universalité : « Susugigawa » (« La lessive à la rivière »), la pièce sur laquelle Ippei a choisi d’axer son enseignement lors de ce stage, est librement inspirée de la « Farce du Cuvier » (oeuvre française anonyme du XVe siècle), adaptée en 1952 pour le kyôgen par le dramaturge et metteur en scène de théâtre IIZAWA Tadasu. Dans les deux cas, la trame est la même : un homme faible tyrannisé par une épouse et une belle-mère autoritaires qui l’obligent à remplir toutes les tâches domestiques (à commencer par la lessive), va se révolter — très momentanément — pour tenter de reprendre sa place de « patron » de la maisonnée.

Cette pièce, en ce qu’elle brocarde avec malice la bêtise des comportements humains, se situe dans l’esprit le plus authentique du kyôgen. Elle sera l’occasion, pour Ippei, d’initier les participants aux « fondamentaux » du jeu de l’acteur, : apprentissage de mouvements et d’expressions de visages codifiés et stylisés (les kata), destinés paradoxalement à mettre en valeur tous les registres de voix (parlée, modulée, chantée) à travers lesquels se libèrent et se transmettent le comique, porté jusqu’à l’absurde, des « paroles folles ».


Lettre d'information

Nous ne vous spammerons pas. Vous recevrez notre lettre d’information mensuelle au début de chaque mois.

Réservation et inscriptions

Pour plus d'informations, pour vous inscrire ou réserver un atelier, stage, événement, contactez-nous par téléphone au +33 (0)1 43 98 20 61 ou par e-mail.

Pour vous inscrire aux stages merci de nous adresser CV, lettre de motivation et photo.

Quel que soit votre statut, votre formation peut être prise en charge : se renseigner auprès de l'Afdas, de Pôle Emploi, de votre OPCA (pour les ayants droits) ou pour plus d'information contactez nous.