KASSIM BAYATLY – Le théâtre intermédiaire : quand l’acteur s’inspire des traditions soufies et de la danse orientale

 

Du 14 au 19 janvier 2019

Horaires : lundi 10-17h, mardi et mercredi 11-18h, jeudi et vendredi 12-19h, et le samedi de 14h à 18h.

Ce stage de pratique intensive sera dirigé par Kassim Bayatly et Jean-François Dusigne (qui a invité le metteur en scène et professeur irakien dans le cadre de ses recherches d’atelier « Le souffle de la parole, les impulsions du texte »).

 

 

 

Kassim Bayatly invite à un retour aux sources du théâtre, aux mouvements, aux gestes et aux signes. Pour ce faire, il est allé se ressourcer dans la culture arabo-musulmane, dans la perspective d’établir un lien entre le théâtre moyen-oriental et le théâtre européen. Partant de cette nécessité de l’échange et de la rencontre avec la tradition ancestrale, avec son propre héritage culturel et cultuel, Kassim Bayatly tire inspiration des pratiques rituelles soufies, de la danse orientale et des mythes, qui fondent son art théâtral.

C’est toujours en se ressourçant dans la tradition arabo-musulmane qu’il a pu constater la richesse du vocabulaire définissant le corps (jism, badane, jassad). En même temps, il a dépisté dans la culture traditionnelle une variété de voix, de rythmes (iqa’at), de mélodies (maqamat) et de récits (hakawati) dont la force réside dans la capacité de produire des actes artistiques utilisant les énergies cachées du corps.

Ce retour au passé vise à dégager les potentialités sensibles et spirituelles qui doivent servir de méthodes de pédagogie de l’acteur, appréhendé comme une unité complexe associant organicité corporelle et vie psychique.

Objectifs du stage

 Perspectives exploratoires

  1. Une expérience théâtrale à l’intersection des cultures
  2. Les différents types de mouvements physiques et organiques dans le travail de l’acteur
  3. L’interaction de l’improvisation de l’acteur avec celle du metteur en scène
  4. Patrimoine et énergie individuelle dans la créativité artistique
  5. La culture arabe et les problématiques du théâtre
  6. Techniques physiques et mentales dans la pratique soufie.

 Programme du stage

 Initiations et pratique

  1. les traditions orales (conteur, joutes poétiques)
  2. techniques physiques et mentales tirées des rites soufis

 Expérimentations dans un cadre de recherche-création

  1. Exercices physiques et psychiques : structure spécifique de positions et de mouvements aux énergies variées. Exemple : exercice du courage, de la peur, la paresse, etc.
  2. Exercices rythmiques relatifs à la dynamique du corps , mouvements physiques et rythmes de la musique arabe, actions physiques combinées à la voix (parlée et chantée),
  3. Exercices sur la traduction de l’action verbale en action corporelle
  4. Attention, échanges et interactions entre objet, corps.
  5. l’individu et le choeur, travail sur l’énergie et les structures typologiques.

Ensuite, le matériel du travail réalisé avec les participants sera utilisé en relation au sujet d’une courte pièce, écrite par le maître Sufi Sahrawardi du XIIème siècle, pour créer une structure dramaturgique qui aura la forme d’une performance, de 10 ou 15 minutes.

 > Conférence publique de Kassim Bayatly : Les sources du théâtre intermédiaire. Perspective d’une pédagogie théâtrale et la tradition arabo-islamique, le 14 janvier à 18h30 à l’Institut National de l’Histoire de l’art. INHA, 2 rue Vivienne, salle Walter Benjamin, 75002, Paris

> Présentation publique du spectacle spirit without home , conçu et mis en scène par Kassim Bayatly,

avec les acteurs de sa troupe du kurdistan irakien :

– Fakhradeen Taha Nabi

– Dijwar Salman Khalid

– Rezan Mohammed Tahir

– Harman Hashim Hamid

Le samedi 19 janvier 2019 à ARTA, 20h.

 


 

Kassim Bayatly

Kassim BAYATLY, irakien, nationalisé italien, est metteur en scène, comédien et chercheur.

Diplômé de l’Institut des Beaux Arts à Bagdad (1976), Kassim Bayatly a poursuivi ses études universitaires à Bologne en Italie, où il a obtenu son doctorat en « Dramaturgie, arts, musiques et spectacles » (1990).

Il a créé son groupe théâtral AL-ARKAN à Florence en 1984, et mis en scène plusieurs pièces de théâtre (Histoire d’un Ascète, 1984 ; Hay Ibn Yaqzan, 1986, L’Isthme, lueur d’Orient, 1988, etc.), ce qui lui a valu le prix de l’université de Bologne en 2002.

Au cours de son parcours artistique, il s’est rapproché d’Eugenio Barba avec lequel il s’est lié d’amitié, comme en témoigne la préface faite par Barba du livre de Bayatly, La mémoire du corps, de même que leur voyage ensemble en Egypte, au « festival du théâtre expérimental » en 2001.