ÉVÉNEMENT // Le premier matin du monde

 

 

Le premier matin du monde

 

représentations les 29 et 30 septembre 2018 au Théâtre du Soleil – Cartoucherie

 

Ce projet poético-scientifique est porté par Jean-Marc Bonnet-Bidaud, astrophysicien, auteur de 4000 ans d’astronomie chinoise, les officiers célestes, Belin, 2017, et Lucia Bensasson, comédienne et fondatrice d’ARTA.

Cosmologie d’Aristote

 

Les cosmogonies humaines

Si la révolution scientifique moderne est bien née et s’est développée en Europe à partir  du XVIe siècle, elle a également puisé ses racines dans des traditions plus anciennes issues de cultures différentes. Ainsi, la révolution de l’héliocentrisme de Copernic est issue d’une lecture critique de textes grecs anciens, produite par des astronomes persans et arabes, eux-mêmes nourris d’échanges avec l’Inde et la Chine. Notre conception moderne de l’Univers repose ainsi sur une pyramide de savoirs lentement élaborés sur l’ensemble du globe. Paradoxalement, à l’heure de la mondialisation de l’économie et du métissage des sociétés, l’apport des différentes cultures au savoir humain est devenu moins visible et parfois oublié.
Le projet « Le premier matin du monde » se propose de retisser ces liens invisibles et d’exposer l’unité qui sous-tend les questionnements essentiels sur la création du Monde dans les différentes cultures. Le projet est né d’un dialogue entre différents chercheurs en sciences physiques (astrophysiciens) et sciences humaines (théâtre-ethnoscénologie) et des artistes (vidéastes, graphistes, musiciens, acteurs et scénographes) qui ont choisi d’explorer le langage du théâtre et des images pour mettre en scène les différentes cosmogonies. Il a donné lieu à l’élaboration d’un spectacle en préparation en septembre 2018, avec le soutien du Théâtre du Soleil, de l’Association de Recherche des Traditions de l‘Acteur (ARTA) et de l’université Paris-8.

 

La rencontre d’une artiste et d’un astrophysicien

La préparation de ce spectacle a provoqué la rencontre d’une artiste, Barbara Noiret,
(réalisatrice et scénographe) et d’un astrophysicien, Jean-Marc Bonnet-Bidaud, autour de la mise en image des conceptions cosmologiques anciennes et modernes. Le projet visuel est développé en lien étroit avec le projet théâtral dans lequel il sera intégré, mais sera également construit de façon à produire une oeuvre autonome. Il est mené en collaboration avec le graphiste-cosmographe Guillaume Duprat qui, dans le cadre de son projet « Cosmologik », a produit de nombreuses représentations cosmologiques anciennes.
Le film suivra le fil conducteur de la présentation théâtrale. Les différentes étapes de « la
création de l’Univers » dans le cadre du modèle cosmologique actuel du Big Bang y seront
développées dans un langage simple et accessible, basé sur des mots-clés :
– VIDE – l’univers primordial
– CHAOS – l’inflation cosmique
– MATIERE – l’apparition des atomes
– LUMIERE – la première lumière
– OMBRE – les âges sombres,
– FEU – l’apparition des étoiles,
– TERRE – l’apparition des planètes.

 


 

Biographies :

Jean-Marc Bonnet-Bidaud
est astrophysicien au Commissariat à l’Energie Atomique et aux Energies Alternatives (C.E.A.). Il a publié de nombreux articles sur l’histoire de l’Univers et les grands problèmes de la cosmologie moderne et mène des travaux sur les racines de l’astronomie ancienne en Afrique et en Chine. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur la cosmologie : « Le big bang n’est pas une théorie comme les autres » (La Ville brûle 2009), « Un autre cosmos ? » (Vuibert 2012), « Variations sur un même ciel » (La Ville brûle 2012) et a publié en 2017 « 4000 ans d’astronomie chinoise » (Belin 2017). Il a été commissaire des expositions de niveau nationale « Voyage au Centre de la Galaxie » (Palais de la Découverte 2009), « Les mystères de l’Univers » (Trocadéro 2009) et « 2015 : l’Odyssée de la Lumière » (Cité des Sciences 2015). Il est intervenant et auteur de plusieurs films documentaires pour le CNRS, notamment « Sirius, l’étoile Dogon » (1999).

Barbara Noiret est artiste, réalisatrice et scénographe. Elle a participé à plusieurs expositions personnelles et collectives dans des galeries d’art contemporain, musées, centres d’art et foires d’art contemporain en France et à l’étranger : Musée Fragonard de Grasse, Musée de l’Assistance Publique*, Ecole Supérieure des Beaux-Arts d’Angers *, Biennale de Rennes, Domaine départemental de Chamarande, Le Quartier à Quimper, Espace Croisé de Roubaix, Domaine de Kerguéhennec*, centre culturel français d’Izmir en Turquie*, centre culturel Suédois, institut franco-japonais de Yokohama, etc. (* solo show). Résidente à la Cité internationale des arts en 2016, son travail est contextuel et s’accompagne souvent de résidences d’artiste. Ses liens avec le département de l’Essonne sont nombreux ; en novembre 2017, elle participe à Biennale la Science de l’art en lien avec la sociologue Rolande Favret-Beurthey, sociologue de l’urbain – Chercheure au Centre Pierre Naville de l’Université d’Evry. En 2017, elle réalise les scénographies pour  La Nuit de la poésie, pour la place de la mairie du Carnaval d’Evry et pour la pièce Truth be told, d’après « L’Avare » de Molière, d’Hanna Lasserre, en cours de production. Son premier film, Orchestre(s), a été projeté lors de la Nuit Blanche 2013 à Evry, dans plusieurs  cinémas, centres d’art, écoles d’art et galeries, suite à une résidence en 2011 avec le Domaine départemental de Chamarande. . En 2018, elle prépare plusieurs expositions personnelles et collectives en France, Belgique et Grèce et des projets scénographiques (Nuit de la poésie d’Evry).Depuis 4 ans, elle est chargée de cours en scénographie au  département Théâtre, en Arts plastiques à l’Université de Paris VIII et en Cinéma à  l’Université de Paris III. Elle est artiste intervenante à l’Ecole des arts d’Evry depuis 2015.

Lucia Bensasson : Actrice à partir de 1967, sous la direction d’Ariane Mnouchkine de 1968 à 1983 au Théâtre du Soleil. Elle a joué à Paris, en Province et à l’Etranger sous la direction entre autres de Bernard Sobel, Michelle Marquais, Bruno Boëglin, Jean-Louis Thamin, Declan Donnellan…. Elle participe à de nombreux tournages de cinéma et de télévision et dirige de nombreux stages et ateliers en France et à l’étranger, notamment sur le jeu masqué. En 1989, elle fonde avec Claire Duhamel, ARTA, Association de Recherche des Traditions de l’Acteur sous l’impulsion d’Ariane Mnouchkine. ARTA est un studio de recherche et d’expérimentation sur l’art de l’acteur confrontant la pratique du théâtre aux grandes traditions mondiales (Chine, Japon, Inde, …) à travers des ateliers dirigés par des
grands maitres étrangers.

Jean-François Dusigne : Acteur, metteur en scène, Jean-François Dusigne est professeur en arts du spectacle à l’Université Paris 8. Au Département théâtre de l’UFR Arts, il est responsable du parcours Master « Scènes du monde, histoire et création », et de l’axe ethnoscénologie de l’EA 1573 « Scènes du monde, création, savoirs critiques ». A la MSH-Paris Nord, il est coordonnateur de l’Axe 1 thème 5 « Créations, pratiques, publics ». Il est depuis 1999, directeur artistique d’ARTA, Association de Recherche des Traditions de l’Acteur, avec Lucia Bensasson. Il a été membre du Théâtre du Soleil d’Ariane Mnouchkine, de 1983 à 1990. Il est également sophrologue, et mène des ateliers : le souffle de la parole, les impulsions du texte. Avec la collaboration du Conservatoire national supérieur d’art dramatique, il a été initiateur du projet Labex « Les processus de direction d’acteurs, de transmission et d’échange » qui a donné lieu depuis 2011 à des sessions expérimentales, événements et rencontres internationales. En juillet 2014, il a été promu par la Ministre de la Culture et de la communication au titre de Chevalier de l’ordre des arts et des lettres. Il a conçu et coordonné l’ouvrage « La direction d’acteurs peut-elle s’apprendre ? » paru en juin 2015 aux éditions Les Solitaires intempestifs. Parmi ses  principales publications : « Le Théâtre d’Art, aventure européenne du XXème siècle », « Du théâtre d’art à l’art du théâtre, anthologie des textes-fondateurs », « Le Théâtre du Soleil, des traditions orientales à la modernité occidentale », « L’Acteur naissant, la passion du jeu », « Les Passeurs d’expérience, ARTA, école internationale de l’acteur » aux éditions Théâtrales.

Guillaume Duprat collecte depuis quinze années des descriptions du monde (textes et images) dans l’histoire des sciences et des religions, il explore un imaginaire méconnu ou oublié. Son projet Cosmologik rassemble ces informations dans une base de données d’environ 1500 sources, et les rend accessibles à travers plusieurs projets, souvent illustrés : livres (Mondes – mythes et images de l’univers, Cosmos, L’autre Monde – une histoire illustrée de l’au-delà), albums pour enfants (Le livre des terres imaginées, Zooptique), films documentaires (Les terres non sphériques pour la BNF/Louvre Abu Dhabi, Yakkor pour le planétarium de Cappelle-la-Grande, Le Film des terres imaginées), et projets muséographiques (commissaire de l’exposition Cosmovisions pour  Universcience, Le Cosmotron, un jeu pour inventer des mondes pour le planétarium de Vaulx-en-Velin). Il prépare un documentaire jeunesse appelé Univers sur les visions scientifiques de l’univers, des Grecs aux multivers.

 



Projet réalisé grâce au concours de :
– le CEA Saclay, Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives,
– l’Institut d’astrophysique spatiale, Université Paris Sud (Orsay)
– L’Université Paris 8, EA 1573, Scènes du monde, création, savoirs critiques, axe ethnoscénologie
– Le service culturel de la ville d’Ivry,
– ARTA, Association de Recherche des Traditions de l’Acteur
– Le Théâtre du Soleil