POÉTIQUES DE LA VOIX ET ESPACES SONORES : La musicalité et la choralité comme bases de la pratique théâtrale

 

Soutenance publique de Marcus BORJA DE ALMEIDA FILHO

en vue de l’obtention du doctorat de l’Université de recherche Paris Sciences et Lettres – PSL Research University en SACRe, théâtre.
Travaux dirigés par Jean-François DUSIGNE

1er décembre à 9h30

Salle Louis Jouvet – 2bis rue du Conservatoire, 75009 Paris

 


 

Le jury sera composé de :

– Mr Jean-François DUSIGNE, Université Paris 8, Directeur de thèse
– Mme Isabelle MOINDROT, Université Paris 8, Rapporteur
– Mme Julia GROS DE GASQUET, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Rapporteur
– Mme Sylvie DEGUY, Conservatoire Nationale Supérieur d’Art Dramatique, Examinateur
– Mme Francesca DELLA MONICA, Accademia del Dramma Antico di Siracusa, Examinateur
– Mr Joseph DAHAN, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Examinateur
– Mr Luis NAON, Conservatoire Nationale Supérieur de Musique et Danse de Paris, Examinateur
– Mr Jean-Loup RIVIERE, Conservatoire Nationale Supérieur d’Art Dramatique, Examinateur
– Mr Jean-Jacques LEMETRE, théâtre du Soleil, Invité

 


 

Résumé :

Ma recherche dans le cadre du SACRe a pour but de démontrer et faire agir- de façon consciente et organique – dans le travail du plateau, la similarité des modes de perception et structuration du temps dans la musique et dans le théâtre et proposer, à partir de cette relation, une base solide et un langage commun au travail de l’acteur, du musicien, de performer et du metteur en scène. Mes travaux porteront essentiellement sur la dimension sonore et l’approche musicale du théâtre (écoute, rythme, ligne mélodique, harmonie, contrepoint) aussi bien en ce qui concerne l’investigation et interprétation du texte qu’au niveau de la dynamique et des mouvements scéniques. Il s’agit de mettre en évidence, au moyen de multiples expérimentations déclinant les différentes possibilités offertes par la scène, la nature essentiellement musicale – notamment en ce qui concerne le rapport temps-rythme et l’harmonie « chorale » – des principes structurant l’organisation et l’accomplissement du phénomène théâtral. Prenant la musicalité comme base du travail d’acteur et de la construction scénique, il s’agira de décliner, au fil des différents travaux et expérimentations pratiques, la notion/dispositif de choralité. La polyphonie m’intéresse énormément, le mélange des timbres, de couleurs, d’harmoniques… même quand il ne sera pas nécessairement question de « notes musicales » à proprement parler. La voix est au centre de cette recherche. La gamme très vaste de possibilités sonores et expressives que peut produire notre appareil phonateur – qui se multiplie encore à l’infini quant on combine les sons produits par plusieurs personnes vocalisant ensemble – est une grande porte ouverte à la création : c’est de la matière poétique concrète, malléable, élastique, transformable. Que ce soit la voix parlée, le cri, le rire, le chant lyrique, traditionnel, populaire ou expérimental, sa relation et l’engagement qu’elle entraîne avec le corps en mouvement : tout ce monde m’intéresse et m’inspire. C’est l’univers dans lequel je compte travailler et créer en tant qu’interprète, compositeur, enseignant, chef de choeur, performer, comédien ou metteur en scène.
Penser, explorer et potentialiser la musique – ou plus largement, la notion bien plus vaste de musicalité – comme matière-première « concrète », indissociable du travail de l’acteur, inscrite au présent de la scène et du jeu, tel est le but de recherche. Bien plus qu’un ensemble de codes et compétences formelles ou académiques dépendantes d’une seule voie d’acquisition possible – à savoir, la notation musicale occidentale – l’approche musicale, dans son essence, se relie à un processus beaucoup plus intuitif et immédiat. Surtout lorsqu’on constate, en effaçant les frontières (actuelles) entre les arts, que la musique a toujours été (et le demeure) associée à l’action scénique. Rythme, dynamique, tempo, phrasé et harmonie, par exemple, sont des concepts directement applicables aussi bien à la pratique musicale qu’à celle du théâtre, même lorsque ce dernier ne sert pas de partitions et oeuvres musicales entendues comme tel.