Les partenariats avec Paris 8

 

La rencontre des pratiques scéniques, par delà les frontières

Stage dirigé par Maria Thais L. Santos (École d´Arts Scéniques, de l´Université de Sao Paulo – Brésil) et Jean-François Dusigne

Du lundi 27 janvier au vendredi 31 janvier 2014
du lundi au jeudi de 10h à 18h, et le vendredi de 12h30 à 17h30.
Ouvert aux acteurs et aux étudiants en arts du spectacle, théâtre, ethnoscénologie de Paris 8.

Photo2

ENTRE MOI ET L´AUTRE – le théâtre, l´ethnographie, la pedagogie.
Cet atelier de recherche pratique, alliant théorie et expérimentation pratique, vise à enquêter sur les rapprochements possibles entre l´art de l´acteur et le discours ethnographique, à partir des relations d´identité et d´altérité. La démarche pédagogique, et la transmission de savoirs s’élaborera à partir des expériences qui seront développées.
La recherche théorique sera fondée sur les études afférant à l’anthropologie brésilienne contemporaine, avec pour référence fondamentale le concept  de « perspectivisme » élaboré par Eduardo Viveiro de Castro et Tânia Stolze Lima.
La recherche pratique sera fondé sur des références aux différentes manifestations traditionnelles brésiliennes (jeux, folguedos, danses, luttes, etc.), à travers les narrations mythiques de la tradition amérindienne, et en se donnant pour axe le matériel poétique du livre « Le chute du ciel – paroles d´un chaman yanomami » qui documente le dialogue entre l´amérindien yanomami Davi Kopenawa et l´anthropologue Bruce Albert.

photo4

Photo: Ale Catan


OBJECTIFS :

Au-delà des vocabulaires choréographiques, des structures des jeux, des chants, etc. , seront observés, questionnés et analysés les fondements techniques de la composition d´un corps théâtral qui permet le passage d´un acte rituel à  un acte théâtral, appréhendé comme processus d´invention et de création.

–      Moi et l´autre : entre le théâtre et l´ethnographie. Entre le Brésil (Bahia, RJ, SP) et la France (Paris) ; entre la langue française et la langue portugaise ; entre le corps et la parole ; entre l´oralité (la parole debout) et la parole  couchée (livre). Entre les paroles de Bruce (l´anthropologue) et Kopenawa (le chaman amérindien)
–      Des éléments des manifestations traditionnelles brésiliennes – trupés, chants, appels, invocation, toques, jeux traditionnels.
–      Temporalités et spatialités – la parole de la multiplicité, de la simultanéité.
–      Le corps – comme élément fondateur.
–      Les ombres du personnage – relations d´altérité
–      Choses, animaux, gens, matières – appréhendés comme des êtres vivants, humains.
–      Jeux – la scène comme une place de transition.

 

 

Danser et jouer, étranger à sa propre langue

Stage dirigé par Brigitte Chataignier (danseuse et chorégraphe) et Jean-François Dusigne

Du lundi 20 janvier au vendredi 24 janvier 2014, du lundi au jeudi de 11h à 18h, et le vendredi de 12h à 18h.
Ouvert aux acteurs, danseurs, et étudiants en arts du
spectacle de Paris 8.

brig_chataignier

Brigitte Chataignier

Il s’agit de développer sur scène une action vivante, ludique et organique, engageant pleinement le corps et la voix dans l’espace, à travers un mouvement induit par la parole, le rythme ou la danse. Saisir au mieux comment, au-delà des mots agencés sur le papier, le texte scénique ou dramatique peut propulser des trajectoires d’action avec chair et sensibilité.
Prenant appui sur des matériaux poétiques et dansés (tel le Mohini Attam indien), incitant à développer ses propres écritures, la démarche, qui se fonde sur l’idée de rencontre, s’intéresse aux phénomènes d’attraction, de fusion ou de répulsion dans un espace cadré, dans un temps concentré : c’est l’autre qui te fait jouer, éprouver et penser par ton corps.
Quand il y a désir et nécessité, deux personnes qui ne parlent pas la même langue parviennent toujours à s’entendre. Même si on ne la comprend pas, il y a grande jubilation à se confronter à la langue d’un autre : l’attention devient plus sensible à la ligne mélodique de la parole, à son flux rythmique, à ses accents.
En matérialisant la sensation d’approcher « en étranger » notre langue originelle, la mise en corps du texte contribue au surgissement du sens, dès lors que, dans l’échange, il se passe quelque chose.
Les improvisations structurées viseront à dégager enjeux et moteurs d’action, et conduiront au tressage de partitions gestuelles et verbales.
La recherche pourra conduire à réalisation et présentation publique.